“Une augmentation historique”, selon la Fage



La Fage (fédération des associations générales étudiantes) publie tous les ans un indicateur du coût de la rentrée étudiante. Par rapport à 2021, ce coût a augmenté de 7,38% pour cette nouvelle rentrée et atteint 2.527,01€. Cette hausse est historique.

E”En 20 ans d’indicateur du coût de la rentrée, on n’a jamais eu une hausse aussi forte d’une année sur l’autre”, déplore Paul Mayaux, président de la Fage (fédération des associations générales étudiantes) sur RMC ce 16 août. Ce coût est estimé à 2.527,01€ en 2022.

La Fage publie à chaque rentrée cet indicateur du coût de la rentrée. Cette année, la hausse est donc particulièrement élevée parce qu’elle est estimée à 7,38%, par rapport à 2021.

L’indicateur “illustre le coût moyen de la rentrée pour un étudiant de 20 ans en licence à l’université, sans double inscription, non boursier et ne vivant plus chez ses parents”. Il comprend deux catégories: les frais de vie courante et ceux spécifiques à la rentrée scolaire.

Une hausse de 32% des complémentaires santé

La hausse est très importante cette année à cause, notamment, des “conséquences directes de l’inflation”. Par exemple, “sur les consommables, avec une augmentation de 6% sur les biens alimentaires, l’hygiène et les produits de premières nécessités”.

“Pour ce qui est de la rentrée universitaire, on a les questions de complémentaires santé (+32,21%) mais également le matériel pédagogique (+15,82%), qui augmentent de manière drastique”, ajoute Paul Mayaux. Les assurances des logements aussi sont concernées par ces hausses, il faudra compter 11,8% de plus.

“C’est très compliqué de s’en sortir, à moins d’être aidé par les parents quand ils le peuvent, d’avoir un emploi, ou encore de faire un prêt étudiant”, souligne le président de la Fage.

Problème: le fait de travailler en plus de ses études aurait des conséquences directes sur celles-ci. “Au-delà de 12h de travail hebdomadaire, ça entre en concurrence avec les études.”

“Une réforme structurelle de la bourse sur critères sociaux”

Quelles solutions alors? La Fage estime qu’il “faut avoir des aides qui sont à la hauteur”. La fédération propose “une réforme structurelle de la bourse sur critères sociaux”. L’objectif est d’avoir une aide basée chaque étudiant.

Aujourd’hui, ces bourses sont définies par rapport aux revenus des parents. Sauf que, certains d’entre eux ne peuvent pas financer les études de leurs enfants, notamment “les personnes qui sont issues des catégories professionnelles moyennes basses”.

Le gouvernement a annoncé des hausses de la bourse et une prime de 100€. “Ça soulage certains coûts, mais ça n’aide pas à s’en sortir”, conclut Paul Mayaux.

[

]

Source link