un concours exceptionnel de titularisation des contractuels au printemps 2023



À quelques jours de la rentrée scolaire, le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, a donné une conférence ce vendredi. Il a fait plusieurs annonces, dont la tenue d’un concours de titularisation des enseignants contractuels au printemps 2023.

Plusieurs annonces ont été faites par Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation nationale, lors de sa conférence de presse de rentrée, ce vendredi.

L’Éducation nationale a recours cette année à quelque 3.000 contractuels, sur environ 870.000 enseignants. “On peut estimer que 90 % des contractuels ont déjà une expérience d’enseignement”, a souligné Pap Ndiaye. Il a annoncé qu’un concours exceptionnel de titularisation d’un certain nombre de contractuels sera mis en place, “selon des modalités qui seront bientôt précisées”.

Autre vivier pour pallier le manque d’enseignants, les listes complémentaires des concours de professeurs, ceux qui ont passé le concours au printemps 2022 et n’ont pas été reçus.

Le ministère “recense les besoins suite aux défections et aux démissions des lauréats reçus sur les listes principales”, indique Pap Ndiaye.

Pour remplacer ces démissionnaires, le ministère pioche dans ces listes complémentaires. Il s’agit, à ce jour, de 260 personnes.

Un fonds d’innovation pédagogique

Autre domaine où la pénurie de main d’oeuvre est inquiétante, ce sont les transports scolaires. Le ministre a dit que “le CAP conducteur de transports scolaires sera rénové”, pour qu’il devienne plus attractif.

Jeudi 25 août, Emmanuel Macron avait évoqué un fonds d’innovation pédagogique à 500 millions d’euros. Le ministre a précisé qu’il serait utilisé pour développer à l’échelle nationale le plan “Marseille en grand”, qui était expérimenté dans la cité phocéenne. Ce sont des “professeurs volontaires qui définissent des projets pédagogiques adaptés à leur réalité”, 59 écoles étaient concernées à Marseille.

“Ces projets peuvent porter sur des sujets variés, c’est une démarche de confiance au terrain. Le déploiement dans le reste de la France est un changement profond, mais il faut accepter un peu d’air et de flexibilité”.

Pap Ndiaye rappelle que “les meilleurs connaisseurs des besoins du terrain, ce sont bien les acteurs de terrain”.

Ce grand travail sera lancé à partir du mois d’octobre. Les équipes pédagogiques s’engageront de manière volontaire et, “comme l’a demandé le président, ces moyens seront attribués de manière souple et rapide pour engager les bonnes volontés”.

[

]

Source link