Dati, Schiappa, Beaune… Débats enflammés à venir aux universités d’été de La France insoumise

De nombreux membres de la majorité présidentielle ou du parti Les Républicains seront les invités de la France Insoumise pour débattre lors des universités d’été des Insoumis. Une fierté pour LFI alors que les autres mouvements de la Nupes s’agaçent.

Les membres du gouvernement vont se bousculer ce vendredi et samedi aux universités d’été des Insoumis. Marlène Schiappa, Clément Beaune et Olivia Grégoire sont invités sur scène et ne se sont pas fait prier pour venir. Les invitations ont été envoyées par les débatteurs eux-mêmes au début de l’été, comme Manon Aubry qui échangera avec Clément Beaune, le ministre des Transports. Elle explique lui avoir envoyé un message “et il a tout de suite accepté”. Ils parleront Europe, l’ancien portefeuille du ministre.

“C’est un débat qu’on a déjà eu mille fois entre nous, on va le mettre en scène.” ajoute-t-elle, prédisant une grosse exposition médiatique en perspective.

Des Insoumis fiers de leur coup

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, a aussi été invité mais n’a pas donné suite. Pas de quoi refroidir les Insoumis, fiers de leur coup, et qui pointe une contradiction de la part du gouvernement:

“A l’Assemblée nationale, on nous dit qu’on n’est pas des républicains, qu’on n’est pas fréquentables, mais bizarrement le gouvernement ne se fait pas désirer pour venir chez nous”, confie un stratège à RMC.

Autre invitée qui n’a pas longtemps hésité à venir, Rachida Dati. L’ancien ministre de l’Intérieur de Nicols Sarkozy fera face au député Ugo Bernalicis. Il a juste fallu s’arranger pour trouver un créneau dans son agenda. D’ailleurs, elle s’entend bien avec certaines personnalités de gauche : elle a notamment rencontré et même encouragé Sandrine Rousseau l’an dernier.

Les autres partis de la NUPES agacés

Des macronistes et la droite dans un rassemblement de gauche radicale, l’ambiance promet d’être survoltée :

“Pour débattre il faut des opinions opposées” reconnaissait Jean-Luc Mélenchon.

Une cadre insoumise voit dans ces invitations que du positif : “débattre avec les autres, ça nous évite de mettre en avant nos désaccords internes”, admet-elle.

En revanche du côté des autres partis de gauche on s’agace car “toute la lumière ne sera que sur les insoumis ce week end” souffle un stratège de la Nupes. Un élu communiste reproche, de son côté, que l’idée de débattre avec des opposants a été volée au PCF, pour qui c’est une tradition. Car ce week-end, même s’il y a alliance, il y aura bien quatre universités d’été du côté de la Nupes. Ce sera chacun chez soi que écologistes, communistes, socialistes et insoumis vont faire leur rentrée, au grand barrage des Insoumis.

Pas d’alliance aux Européennes ?

Une alliance qui a vécu une nouvelle mini-crise, au milieu de l’été. Les Insoumis ont évoqué une liste commune de la gauche pour les européennes. “C’est une répétition avant la présidentielle. Si on y va chacun de notre côté, ça risque de nous forcer à amplifier les différences” confiait début août, à RMC, Manuel Bompard, l’une des têtes pensantes du mouvement.

Mais Europe Ecologie Les Verts ont refusé catégoriquement cette hypothèse, ne voyant pas d’intérêts à l’alliance. “Il aurait dû attendre avant d’en parler” râle un cadre mélenchoniste, qui lui reproche d’avoir savonné la planche. “Je lui en veut. Il a braqué tout le monde, alors qu’on aurait pu pouvoir en coulisses”, explique-t-elle. Les élections européennes n’auront lieu que dans deux ans, en 2024.

Cyprien Pézéril et le service politique de RMC (avec MM)

Source link

“je les invite à venir à l’hôpital”

Invité de la Matinale week-end de RMC, Philippe Juvin a taclé les députés qui se disent fatigués après les nombreuses séances de nuit à l’Assemblée nationale en ce début de mandature et définit ce qu’il pense être le rôle et l’avenir des Républicains dans les cinq ans à venir en tant qu’opposition et comme parti politique.

Un début de législature sur les chapeaux de roues. Les députés enchaînent séance sur séance, texte sur textejusque tard la nuit, depuis le début de leur mandature pour faire face à la situation d’urgence qui touche la France entre inflation et épidémie de Covid-19.

Dans un article dans le parisien, plusieurs députés se plaignent du rythme effréné dirigé par les élus depuis début juillet et jusqu’aux vacances parlementaires, à la fin de la semaine. Des plaintes que ne comprennent pas Philippe Juvin. L’ancien maire de la Garenne-Colombes et candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle était l’invité de la Matinale week-end de RMC, ce dimanche. Nouveau député, il tance les députés qui se plaignent de cette “grosse fatigue”:

“Ces petits chéris qui sont fatigués parce qu’ils sont dans l’hémicycle à 5h du matin, je les invite à venir à l’hôpital européen Georges-Pompidou. Là-bas, il y a des infirmières, des médecins, des aides soignants , qui travaille toute la nuit et qui sauve des vies. On doit pouvoir discuter des amendements même la nuit tard. Je leur conseille de prendre des forces pendant ces vacances”, dit-il sur un ton badin.

“Une opposition de gens raisonnables”

Cette nouvelle mandature est marquée par des débats houleux, des tensions au sein de la nouvelle Assemblée. Pour Philippe Juvin, “Il est normal qu’en démocratie, il y ait des lieux de disputes”, d’autant plus dans le contexte actuel de majorité relative pour les Marcheurs.

“Il vaut mieux que les disputes aient lieu un peu violemment dans l’hémicycle que dans la rue, et qu’elles soient limitées dans l’arène politique”, déclare le nouveau député.

Une nouvelle situation qui met son parti, Les Républicains, dans une position de force au Palais Bourbon. Force d’appointer, les LR peuvent faire et défaire les majorités sur chaque texte. Pour Philippe Juvin, “il faut redonner du poids au Parlement. C’est une excellente nouvelle que le gouvernement n’était pas de majorité automatique et que les oppositions étaient un rôle.”

“Cette situation démontre qu’à côté de la majorité présidentielle, il faut une vraie alternative et que nous sommes utiles au pays comme une opposition de gens intelligents, raisonnés et raisonnables.”

Reconstruire la droite

Après le flop de la présidentielle et les 4,78 % de Valérie Pécresse, le parti Les Républicains doivent se reconstruire. Pour Philippe Juvin, cette reconstruction “commencer par les idées”: “on parle beaucoup d’homme providentiel, mais ces gens providentiels sont le résultat d’une lente maturation intellectuelle qui avait commencé par une réflexion politique.”

“La droite doit redéfinir ce qu’elle est. Il n’y aura pas de reconstruction de la droite sans reconstruction intellectuelle.”

Le député de la Garenne-Colombes estime que l’une des bases de cette reconstruction doit être la défense “d’un service public efficace”: “il n’y a pas de pays prospère sans service public qui fonctionne; sans une population éduquée , soignée, protégée : il faut donc des professeurs, des infirmières, des policiers et des juges”, il faut le constater.

Source link