Tweets, tape sur la joue… Chez LFI, on dénonce un “harcèlement médiatique” contre Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon n’en est pas à sa première polémique. Mais ces derniers jours, elles se multiplient, notamment jeudi avec sa réponse à un journaliste de Quotidien agrémentée d’une petite bande sur la joue qui a fait réagir vivement.

La France insoumise est depuis quelques jours dans l’embarras. “On considère que la séquence est close”, a indiqué à RMC un des piliers du parti. Allusion à l’affaire Adrien Quatennensfigure du mouvement qui a avoué des violences conjugales, et aux marques de soutien de Jean-Luc Mélenchon à son survivant.

Mais ce dernier suppose. Interrogé jeudi par un confrère de Quotidien sur ses tweets controversés, Jean-Luc Mélenchon a répondu : « Je pèse mes mots ». Une réponse prononcée en tapotant la joue du journaliste, ce qui a fait bondir les réseaux sociaux et les opposants politiques. Réaction exaspérée de sa garde rapprochée. “Il n’y a rien d’agressif, c’est un geste de taquinerie. Jean-Luc Mélenchon est devenu un objet de harcèlement médiatique”, assure-t-on.

Jean-Luc Mélenchon se rendait aux journées parlementaires des insoumis, sans trop évoquer les questions qui fâchent.

Pas de remise en cause de Mélenchon

Face aux députés, le patron des Insoumis a tenu un discours de projection, indique un de ses fidèles. Sans regarder dans le rétro, il a parlé de la réforme des retraites, du budget, de la marche contre la vie chère du 16 octobre. Y at-il eu des questions sur les récentes polémiques ? On dit que non. Peut-être qu’elles ont été posées, jeudi soir, entre deux verres, au pot des journées parlementaires. Jean-Luc Mélenchon y était et l’ambiance était “excellente”. Circulez il n’y a rien à voir, donc…

Officiellement, au parti, on refuse de remettre en cause sa figure de leader. “Ça fait 15 ans que j’entends ça, que sa figure dessert le mouvement”, souffle, exaspéré, un de ses lieutenants. “Mais il a fait 22% à la présidentielle, presque qualifié au second tour, alors si c’est ça, ça me va. Personne n’est infaillible”, appuie-t-il.

Au fond, on comprend que pour certains, à gauche, il faut faire avec. Un député écolo de la Nupes reconnaît que “Jean-Luc Mélenchon, c’est le seul qui peut aller à une présidentielle”: “Sans lui, on ne fait rien… Mais avec lui, il manque un petit peu pour conquérir le pouvoir” .

Source link

“Je pèse mes mots tout le temps” assure Mélenchon, avec une tape sur la joue

En tapotant la joue du journaliste de Quotidien lui posant la question, Jean-Luc Mélenchon a assumé ce jeudi ses tweets sur l’affaire Adrien Quatennens.

“Je pèse mes mots tout le temps”, a confirmé ce jeudi le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon sur ses tweets controversés dimanche soutenant à Adrien Quatennens qui venait d’avouer des violences conjugales, dans une très courte vidéo diffusée par l’émission Quotidien.

Une tape sur la joue du journaliste

“Est-ce que vous regrettez les tweets que vous avez publiés ?”, interroge le journaliste, devant l’Assemblée nationale, tandis que le responsable politique passe devant lui pour se rendre aux journées parlementaires de son parti.

Jean-Luc Mélenchon rit puis fait brusquement demi-tour : “Monsieur, je pèse mes mots tout le temps, c’est vous qui regrettez ce que vous êtes en train de me dire”, dit-il en tapotant la joue du journaliste, qui opère un mouvement de recul.

Des tweets mal vécus en interne

Dimanche, alors que la figure montante de LFI, Adrien Quatennens, venait de publier une lettre dans laquelle il reconnaissait notamment avoir donné une gifle à sa femme, Jean-Luc Mélenchon a d’abord dénoncé dans un tweet “la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux”. Il a remplacé en revanche la “dignité” et le “courage” d’Adrien Quatennens, lui redisant sa “confiance” et son “affection”.

Quelques heures plus tard, l’ancien candidat à la présidentielle a essayé de corriger le tir : “Un gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l’assume. C’est bien”.

Mais ces deux tweets ont laissé une trace amère, même en interne. “Ce ne sont pas mes mots”, ont dit notamment Clémentine Autain et Manon Aubry, tandis que la députée Pascale Martin a révélé dans un communiqué qu’une telle réaction de Jean-Luc Mélenchon pourrait “avoir des conséquences graves” en décourageant les femmes de signaler des faits de violences.

La Première ministre Élisabeth Borne avait évoqué mardi un tweet “évidemment extrêmement choquant”, reprochant au dirigeant Insoumis de “banaliser les violences intra-familiales”.

Source link

Mélenchon “banalise les violences intra-familiales” selon Borne

Élisabeth Borne a été choquée par la réaction de Jean-Luc Mélenchon, après que les accusations de violences conjugales contre Adrien Quatennens ont été révélées publiquement. Dans un tweet, il avait dénoncé “la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux”.

La réaction de Jean-Luc Mélenchon aux accusations de violences conjugales visant Adrien Quatennens n’en finit plus de faire parler.

“C’est évidemment extrêmement choquant d’avoir quelqu’un qui banalise les violences intra-familiales”, a déclaré Élisabeth Borne, la Première ministre, interrogée sur le sujet en marge d’un point presse sur le 2e plan vélo dans la cour de Matignon.

On “n’est pas à une outrance près, on va dire”, at-elle ajouté, sans commenter davantage.

Dans un tweet publié le 18 septembre 2022, le patron de la France Insoumise dénonçait la malveillance policière, le voyeurisme médiatique et les réseaux sociaux. Il saluait “la dignité” et le “courage” du député. Dans ce premier message, aucun mot de soutien n’était réservé à la femme d’Adrien Quatennens.

Malaise au sein du parti

Céline Quatennens a déposé une main courante dans laquelle elle évoquait des violences conjugales. Elle ne souhaite pas porter plainte.

À la suite de ce tweet polémique, qui a créé un malaise au sein du mouvementJean-Luc Mélenchon a tenté de corriger le tir.

“Céline et Adrien sont tous deux mes amis. Mon affection pour lui ne veut pas dire que je suis indifférent à Céline. Elle ne souhaitait pas être citée. Mais je le dis : une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l’assume . C’est bien”, a ajouté Jean-Luc Mélenchon.

ces accusations, Adrien Quatennens a annoncé depuis sa mise en retraite de ses fonctions de “coordinateur” de la France Insoumise. Une enquête a également été ouverte par le parquet de Lille.

Source link

pour la première fois, des voix dissonantes à Mélenchon résonnent à LFI

Jean-Luc Mélenchon a choqué un certain nombre de ses troupes à La France insoumise en saluant le courage d’Adrien Quatennens au moment où il a avoué avoir giflé sa femme, plutôt que de prendre la défense de la victime. Des remous inédits qui placent la LFI dans l’embarras.

Panique au sein de la France insoumise. L’affaire Adrien Quatennens, en retrait du mouvement après l’affaire de violences conjugales révélée la semaine dernière, continue d’ébranler LFI. A tel point que, même en interne, c’est le gros malaise Autour de la figure de Jean-Luc Mélenchon.

Et ça n’était presque jamais arrivé car Jean-Luc Mélenchon, c’est une voix incontestée. Ce qui a révélé le malaise, c’est son tweet, qui a surtout attribué le courage d’Adrien Quatennens, alors qu’il venait d’avouer avoir giflé sa compagne.

En le lisant, une cadre LFI s’est dit que c’était “une catastrophe pour le mouvement féministe qu’on porte”. Un second tweet posté quelques heures plus tard pour tenter de redresser le tir n’a franchement rien arrangé.

C’est trop tard. Une députée insoumise de Dordogne, Pascale Martin, a publié de son propre chef un communiqué pour dénoncer les réactions “insuffisantes, inacceptables” de son mouvement et de Jean-Luc Mélenchon. Communiqué partagé plusieurs milliers de fois, notamment par quelques députés de la Nupes.

Un avis partagé par d’autres figures de la France insoumise

“Je pense qu’elle n’est pas la seule à avoir ressenti une forme de déception, voire de colère”, a lancé Clémentine Autain par exemple, à nos confrères du Parisienne. D’autres élus que nous avons contactés sont gênés par les mots de leur leader.

S’il n’y a pas de fronde en tant que tel, tous en tout cas brandissent le communiqué du mouvement pour rappeler, certes, que LFI lutte contre les violences faites aux femmes, mais surtout pour montrer qu’ils se dévoilent de leur chef. “Pour la première fois, on porte une parole différente de Jean-Luc Mélenchon et ce n’est pas rien”, martèle une cadre.

Est-ce que ça va aller plus longe ?

L’élu écolo Sandrine Rousseau va jusqu’à demander un retrait de la vie publique d’Adrien Quatennens, ce qui équivaudrait à quitter ses fonctions de député. Ce n’est pas pour le moment ce que semble conserver la majorité des troupes insoumises, qui préfère que “la justice fasse son travail”. Le parquet de Lille a ouvert une enquête.

“On a fait ce qu’on pouvait sur le plan politique, Adrien ne représente plus le mouvement”, lâche un élu LFI, conscient qu’il ya “un risque de feuilleton” sans doute préjudiciable pour le mouvement… mais aussi pour Jean- Luc Mélenchon.

Hélène Terzian (édité par JA)

Source link

Jean-Luc Mélenchon souhaite “être remplacé” pour la prochaine présidentielle

Jean-Luc Mélenchon a annoncé, dans un entretien au site Reporterre mis en ligne ce mardi, qu’il souhaitait “être remplacé” pour la prochaine élection présidentielle, en 2027.

Le leader de la France Insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’il souhaitait “être remplacé” pour la prochaine élection présidentielle, dans un entretien au site Reporterre, mis en ligne ce mardi.

Interrogé sur ses intentions pour ce examen de 2017, il a répondu : “Oui, c’est ça, en 2027, et pourquoi pas en 2056. Vous savez, vous, où vous serez demain matin ? Nous sommes tous mortels, cher ami, et à partir d’un certain âge, la probabilité augmente.”

Une tâche : “Terminer ce travail intellectuel”

Déjà candidat à cette élection à trois reprisesil a dit qu’il n’aspirait pas “à renouveler sans cesser le même rôle”, ajoutant qu’il voulait qu’on arrête de le “bassiner” avec ça.

Quel avenir pour Jean-Luc Mélenchon alors ? “J’ai une tâche : j’ai formulé pour la première fois une théorie d’ensemble qui nous permet la synthèse entre l’écologie politique, l’héritage du socialisme historique, le républicanisme, et ça s’appelle la théorie de l’ “ère du peuple et de la révolution citoyenne. Ma tâche est de terminer ce travail intellectuel”, a précisé l’ancien député des Bouches-du-Rhône.

“Faites-vous aimer”

À propos de la succession à la tête de LFI, il a prévenu que “le premier qui déclenche une guerre civile (au sein du mouvement, NDLR), il aura affaire à moi”.

D’après lui, “il y a toujours des bonnes raisons pour justifier des guerres… Mais voilà ma consigne : faites-vous aimer. Celui ou celle qui sera le plus aimé, vous verrez que cela vous paraîtra naturel de dire : ‘allez , vas-y !””.

Source link

Jean-Luc Mélenchon sera présent à la Fête de l’Humanité, pour la première fois depuis 2016

INFOS RMC. Jean-Luc Mélenchon va retrouver la Fête de l’Humanité à la mi-septembre, alors qu’il ne s’y était plus rendu depuis 2016. Il participera notamment à une table ronde avec d’autres responsables communistes, écologistes et socialistes.

C’est un petit événement. Alors qu’il boudait le rendez-vous depuis 2016, Jean-Luc Mélenchon se rendait à la Fête de l’Humanité à la mi-septembre. Il n’était plus allé au grand rendez-vous des communistes parce que ses relations avec eux n’étaient pas très bonnes, voire carrément mauvaises.

Mais depuis, l’union de la gauche, avec la création de la Nupes, est passée par là. Et même si ses relations avec Fabien Roussel sont compliquées, Jean-Luc Mélenchon participera à une table ronde avec d’autres responsables communistes, écologistes et socialistes. La France Insoumise tiendra également un stand à la Fête de l’Humanité. “Ça prouve que l’on peut discuter ensemble. C’est une bonne nouvelle”, se réjouit un cadre communiste. “On n’était pas fâché, c’était juste des questions de problème d’agenda les années précédentes”, tente de faire croire un proche de Jean-Luc Mélenchon, contactée par RMC.

Jean-Luc Mélenchon, après sa défaite à la présidentielle et sa campagne ratée pour devenir Premier ministre, a passé son été à décompresser. Doigts de pieds en éventail et lecture en bord de plage, voilà son programme au début du mois d’août, raconte une de ses proches qui décrit un homme qui avait besoin de prendre du repos. Il a notamment fêté son anniversaire en fin de semaine dernière, avant de revenir à Paris lundi.

Avant cela, en juillet, l’ancien candidat à la présidentielle a passé deux semaines en Amérique latine, “là où il puise son inspiration”, explique un nouveau député. Il est allé à la rencontre des présidents mexicain, colombien et hondurien. Il a également regardé de près les débats sur le pouvoir d’achat à l’Assemblée nationale, distribuant ses bons points auprès des 75 députés de La France Insoumise. « Il envoie souvent des messages pour nous féliciter après nos interventions », confie l’un d’eux. Et la première de la classe pour lui, c’est Mathilde Panot, la présidente du groupe, qu’il félicite en privé comme en public. Et cela agace certains à la Nupes. « Franchement, je ne comprends pas, ses interventions sont grossières et sans nuance », assure un nouvel élu il y a quelques jours.

Jean-Luc Mélenchon n’est donc pas un retraité de la politique. « Pas question de le mettre au placard », prévient même un cadre du mouvement. Il va d’ailleurs avoir trois prises de parole cette semaine aux universités d’été. Devant les jeunes militants mardi soir, puis une conférence vendredi soir et une réunion dimanche matin. Pour autant, il n’a plus aucun mandat électif, une première pour lui depuis 1983.

« Il n’a plus envie d’une bataille politique instantanée et permanente. Il a un regard plus débarrassé. Mais il est toujours là. Il va envoyer des cartes postales régulièrement », prévient un de ses intimes. Le rendez-vous est pris le 29 septembre, avec la marche contre la vie chère qu’il organise.

Cyprien Pézeril avec Guillaume Descours

Source link