Rokhaya Diallo défend les propos de Sandrine Rousseau

Entre passionnés de barbecue, fatigués de polémiques stériles, et militants écologistes et féministes, la polémique enfle après les propositions de Sandrine Rousseau. Ce mardi, c’est le député PCF Fabien Roussel qui a révélé que la consommation de viande n’était pas une affaire de sexe mais de portefeuille. Dans “Estelle Midi”, sur RMC et RMC Story, Rokhaya Diallo a pris la défense de l’élue écologiste.

Qui aurait cru que la classe politique se déchirerait à propos d’une activité si anodine ? Depuis ce samedi, la polémique sur le barbecue enfle alors que l’été touche à sa fin. Tout commence à Grenoble à l’occasion d’une table ronde : présente, la députée EELV Sandrine Rousseau appelle à “changer de mentalité pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité”.

Une petite phrase qui a provoqué l’ire de la droite et de l’extrême droite. “Stop à la déconstruction de nos hommes, stop aux délires de Rousseau”, s’est emportée l’eurodéputée LR Nadine Morano visiblement très touchée par la sortie de Sandrine Rousseau.

Interrogé ce mardi, Fabien Roussel, qui avait plusieurs fois fait l’éloge “de la bonne viande” et “du bon vin” pendant la campagne présidentielle, a voulu se refuser à évoquer le “buzz”, mais a quand même eu quelques mots à l’égard de la polémique. “On ne va pas parler du sexe des escalopes quand même. Je sais que certains font le buzz là-dessus. Pour moi, on mange de la viande en fonction de ce qu’on a dans son porte-monnaie et pas dans sa culotte ou son slip”, a assuré le député PCF sur Europe 1, invitant tout de même “tout le monde à venir partager les barbecues et les bons repas de la Fête de l’Huma les 9, 10 et 11 septembre”.

“Ne pas consommer de viande est souvent associé à la féminité et dévalorisé”

En fait, la petite phrase de Sandrine Rousseau ne semble avoir choqué qu’à l’extrême-droite. Ce mardi sur RMC et BFMTV, le Haut-Commissaire au plan François Bayrou s’est refusé à toute polémique. Interrogé sur la sortie tout aussi polémique d’Emmanuel Macron en jet-ski cet étéil a révélé qu’on a transmis notre temps “à intoxiquer l’opinion avec des sujets ridicules”.

Pour la journaliste du Poste de Washington Rokhaya Dialloinvitée d'”Estelle Midi” sur RMC et RMC Story, il faut avant comprendre tout ce qu’a voulu dire Sandrine Rousseau : “Les gens n’ont pas pris la peine d’écouter. Ce qu’elle dit, c’ est que dans notre culture, on associe souvent la virilité avec une forme de masculinité. Le végétarisme, le fait de ne pas consommer de viande, est souvent associé à la féminité et donc dévalorisé”.

“Pour promouvoir une forme de masculinité physique, on a tendance à penser qu’il faut nécessairement l’associer à la viande. Mais il y a des sportifs de haut niveau qui sont végétariens, il n’y a pas d’association entre la musculature et la masculinité” explique Rokhaya Diallo.

“Bifteck ou planète?”

“Ce qu’elle dit ne s’oppose pas aux hommes, elle dit qu’on peut se sentir bien dans sa condition masculine sans pour autant être obligé de manger de la viande”, ajoute-t-elle. Une mise au point nécessaire alors que certains députés avaient ressenti le besoin de partager des photos de barbecue en réaction aux propositions de Sandrine Rousseau.

Cette dernière a pourtant décidé de souffler sur les braises du barbecue en relançant elle-même le débat ce mardi. “Bifteck ou planète?”, at-elle interrogée dans un sondage sur Twitter.



Source link