Qui pour mener les LR jusqu’à la présidentielle 2027?



Le président des Jeunes républicains, Guilhem Carayon, invité des Grandes Gueules ce jeudi, est revenu sur le fiasco de la droite lors de la dernière présidentielle. Il a également abordé la question de l’avenir avec l’élection pour la présidence du parti en décembre qui doit donner le ton pour les années futures.

Déjà près de trois mois sont passés depuis le premier tour de l’élection présidentielle. Et on se souvient encore du choc à droite en découvrant le score de Valérie Pécresse, candidate des Républicains. Non-qualifiée pour le second tour du scrutin, la présidente de la région Île-de-France n’avait réussi à rassembler que 4,78% des suffrages. Un score historiquement bas pour la candidate qui voyait alors son parti ne pas se qualifier pour le second tour pour la deuxième fois après 2017.

Guilhem Carayon, président des Jeunes républicains, invité dans les Grandes Gueules ce jeudi, a dressé un bilan froid.

“Je pense que nos idées sont majoritaires dans le pays et pourtant, on ne fait que perdre depuis trois présidentielles. Je crois que le premier problème de la droite aujourd’hui, c’est l’absence d’une ligne claire. Si vous demandez aux gens ce que représente comme ligne politique les Républicains aujourd’hui, certains vous diront, ce sont des libéraux, d’autres vous diront ces souverainistes, d’autres encore diront que nous sommes des conservateurs. On ne sait pas vraiment ce que la droite pense”, estime-t-il.

La prochaine échéance pour les Républicains c’est l’élection pour la présidence du parti en décembre prochain. Une échéance qui doit servir “à clarifier la ligne idéologique qu’on porte”, appuie Guilhem Carayon.

Qui pour la présidentielle 2027?

Parmi les représentants politiques de la droite qui pourraient mener le parti, Eric Ciotti et Aurélien Pradié sont également pressentis. Pour autant, selon le président des jeunes Républicains, celui qui sera élu ne sera pas forcément celui qui représentera le parti à la prochaine présidentielle.

“Je crois que le rôle du prochain président des Républicains, c’est de mener la reconstruction idéologique, la bataille intellectuelle, mais pas d’être le prochain candidat à l’élection présidentielle. Il y a cinq ans, qui nous séparent de cette prochaine élection et moi, je plaide pour que ce soit Laurent Wauquiez le prochain candidat. Il a compris qu’aujourd’hui les partis, en l’état des choses, ne permettaient plus de mener le combat des idées. C’est-à-dire que vous êtes entraîné dans la polémique politicienne et vous ne pouvez pas prendre de la hauteur”, indique-t-il.

En attendant de retrouver une ligne politique claire, les Républicains continuent de mener certains combats au Parlement comme cette proposition de loi pour encadrer l’utilisation de l’allocation de rentrée scolaire.

[

]

Source link