qui est Alexandre Douguine, dont la fille a été tuée dans l’explosion de sa voiture?



Dans “Apolline Matin” ce lundi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré dresse le portrait de l’idéologue nationaliste russe Alexandre Douguine. Sa fille a été tuée samedi à Moscou dans l’explosion de sa voiture.

Alexandre Douguine, un idéologue nationaliste russe, a perdu sa fille dans un attentat. Et l’image est terrible, on voit cet homme de 60 ans qui se tient le visage devant sa voiture en feu, et qui sait que sa fille de 29 ans se trouvait dans cette voiture et qu’elle n’a pas réchappé à l’explosion.

Cela s’est passé samedi soir dans la très grande banlieue de Moscou. Alexandre Douguine et sa fille Daria avaient participé à une conférence sur la famille et la patrie. Ils devaient rentrer ensemble dans le 4×4 du père, mais finalement c’est la jeune fille qui a pris le volant de cette voiture et c’est donc elle qui a été victime de ce qui est certainement un attentat.

Un attentat que plusieurs responsables russes ont aussitôt attribué aux Ukrainiens, parce qu’Alexandre Douguine est un philosophe qui a théorisé le droit des Russes à envahir l’Ukraine. Il a réclamé l’annexion de la Crimée en 2014, applaudit l’agression du 24 février dernier. Cela lui a valu d’être sur la liste des Russes sanctionnés par les Etats-Unis. Sa fille aussi était sur cette liste pour avoir défendu que l’Ukraine méritait de périr…

Alexandre Douguine est aussi le penseur qui a remis à la mode un vieux concept. Celui de l’existence de l’Eurasie. Un seul continent, l’Europe et l’Asie, avec au centre la Russie. Une idée qui séduit une partie des extrêmes droites en Europe…

Parfois surnommé “le cerveau de Poutine”

Mais Douguine défend aussi des points de vue plus surprenants. Il est opposé à la science, il conteste l’enseignement de la chimie et de la physique, il prône le démantèlement ou l’interdiction d’Internet. Mais son principal moteur, c’est sa haine de l’Amérique. Les Etats-Unis, accusés entre autre d’être influencés par le lobby homosexuel…

On le surnomme parfois le “cerveau de Poutine”. Ce qui est une jolie formule, mais certainement très exagérée. Ce sont ses amis qui le présentent comme une sorte de Raspoutine qui serait à l’origine des plus grandes décisions prises par le président russe.

Mais la réalité, c’est qu’il n’a en tout cas jamais occupé une fonction officielle au Kremlin. La plupart de ses prises de positions sont bien plus radicales que celles de Vladimir Poutine.

Tout juste peut-on dire qu’il prône depuis longtemps un rapprochement de la Russie avec la Chine. Ce que Poutine a fait. Il prône aussi un durcissement de la Russie face à l’Otan, ce que Poutine a fait bien au-delà de ce que Douguine rêvait…

Douguine, en tout cas, n’est pas le “mage du Kremlin”. Il n’a rien à voir avec Vadim Baranov, héros de ce roman, best-seller de l’été.

[

]

Source link