pourquoi Météo France a tardé à placer la Corse en alerte orange



Météo France est pointée du doigt, accusée de ne pas avoir placé assez tôt la Corse en vigilance orange. L’organisme avait laissé les deux départements en vigilance jaune jeudi matin à 6h avant de changer d’avis à 8h35 alors que les orages frappaient l’île. Cinq personnes sont mortes et vingt autres ont été blessés lors de cet épisode orageux d’ampleur.

Plusieurs voix se sont élevées s’étonnant du placement tardif de la Corse en vigilance orange jeudi alors que de gros orages étaient attendus. Des rafales de plus de 150 km/h ont frappé l’île et cinq personnes sont mortes. Dans le bulletin de 6h, Météo France avait pourtant laissé la Corse en vigilance jaune (“soyez attentif”), annonçant “de puissants orages (…) en mer à proximité de la Corse, avec de fortes rafales de vent”, qui pourront “très temporairement affecter les côtes ouest et nord”.

Ce n’est qu’à 8h35, en voyant l’orage se diriger vers les terres avec des rafales d’une intensité “extrême” que Météo France a choisi de placer la Haute-Corse et la Corse-du-Sud en vigilance orange, le niveau 3 sur 4 que compte l’échelle d’alerte des prévisions météorologiques.

“On aura besoin d’explications”

Sur place, des représentants locaux accusent Météo France d’avoir trop tardé à activer cette vigilance orange: “On aura besoin d’explications parce que là on joue avec la vie des gens”, tacle sur RMC Gérald Aicardi, propriétaire d’une entreprise de gardiennage de bateau à Ajaccio qui déplore de ne pas pouvoir avoir pu avertir à temps ses clients estimant qu’ils ont risqué leur vie en mer.

“C’est mon métier de regarder la météo tous les jours et de la diffuser à mes clients. Là il n’y avait rien d’annoncé et peut-être que des plaisanciers ont choisi de prendre la mer parce que rien n’était annoncé justement. Je sais que beaucoup ont été en souffrance avec ces événements”, ajoute Gérald Aicardi.

24% d’agents prévisionnistes en moins en 10 ans

“On utilise des modèles pour calculer ces prévisions. Un orage est particulièrement difficile à prévoir et nos modèles ne sont pas tous parfaits. Il y a toujours de petits écarts entre ce qui est prévu et ce qui est observé”, explique ce vendredi sur RMC Jérôme Lartisant délégué FO Météo France.

Selon lui, la fermeture de centres départementaux au début des années 2000, occasionnant la réduction de la présence humaine sur le terrain n’a pas aidé non plus: “On a perdu 24% des agents prévisionnistes en 10 ans”, précise-t-il.

“À chaque vigilance on a des indicateurs pour voir si la vigilance est justifiée ou non. Il ne faut pas faire trop d’alertes pour que ces vigilances ne soient pas banalisées”, ajoute Jérôme Lartisant

De son côté, Gilles Simeoni, le président du Conseil exécutif de Corse, ne charge pas Météo France et salue la mobilisation “remarquable” de l’Etat: “Je parlerai ce vendredi avec le ministre de l’Intérieur pour savoir si l’on peut améliorer les dispositifs d’alerte et identifier d’éventuelles défaillance mais au moment où je parle, je n’ai pas d’éléments pour dire que l’alerte a été déclenchée tardivement”, a-t-il assuré ce vendredi matin sur RMC.

“L’épisode d’hier a été d’une violence sans précédent et imprévisible, je me refuse à toute polémique”, a ajouté Gilles Simeoni.

[

]

Source link