pourquoi l’Allemagne vient de demander pardon aux proches des victimes israéliennes



Dans “Apolline Matin” ce mardi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré est revenu sur la demande de pardon de l’Allemagne aux proches des victimes israéliennes de la prise d’otages aux Jeux olympiques de Munich en 1972.

Frank-Walter Steinmeier, le président allemand, a demandé “pardon”, ce lundi, aux proches des victimes israéliennes, tuées lors de la prise d’otages lors des JO de Munich en 1972. L’Allemagne demande pardon pour trois fautes. D’abord, la sécurité des Jeux de Munich était défaillante, malgré les alertes qui avaient été émises par les services secrets. Deuxième faute, la gestion de la crise et l’assaut donné par la police allemande qui s’est terminé en bain de sang. Troisième faute: l’indifférence, les Jeux olympiques qui ont continué comme si de rien n’était. Les proches des victimes qui n’ont jamais pu avoir d’informations sur ce qui s’est passé. Et les indemnités que les proches ont attendues 50 ans, puisqu’un accord a été trouvé in extremis il y a quelques jours seulement. Les Allemands ont finalement déboursé 28 millions d’euros.

De ces trois fautes, c’est la deuxième, la mauvaise gestion de la crise, qui est la plus grave. La scène chaotique qui a débouché sur un massacre dans la nuit du 5 au 6 septembre 1972. Huit terroristes palestiniens avaient pris le contrôle de deux appartements qui logeaient des athlètes et des entraîneurs israéliens dans le village olympique de Munich.

Après une longue journée de négociations, les terroristes obtiennent d’être transférés par hélicoptères avec leurs otages vers un aéroport militaire à 30 km de Munich. Ils espèrent prendre un avion pour Le Caire. Les Allemands, eux, n’ont pas l’intention de les laisser partir.

Le plan prévu, c’est que des policiers déguisés en pilotes devaient se trouver dans l’avion et abattre les deux terroristes qui devaient venir inspecter l’appareil. Et au même moment, des tireurs d’élite auraient neutralisé les autres preneurs d’otages, restés dans les hélicoptères. Mais rien ne va se passer comme prévu…

D’abord, les cinq policiers qui étaient dans l’avion ne l’ont plus senti, au dernier moment, et ils ont quitté l’appareil sans prévenir personne. Ensuite, les tireurs d’élites ratent leurs cibles. Ce ne sont pas des professionnels, mais des tireurs sportifs recrutés au dernier moment. Ils n’ont pas de lunette de visée, pas d’équipement de vision nocturne, pas de radio pour se coordonner. Résultat, une fusillade désorganisée qui va durer une heure et quart. La police allemande essaie de faire venir des véhicules blindés mais ils sont retardés par des bouchons. Et finalement, deux terroristes vont abattre un par un, de sang-froid, leurs neuf otages israéliens. Cinq des preneurs d’otages sont également tués dans la fusillade, ainsi qu’un policier allemand.

Trois terroristes sont arrêtés et emprisonnés en Allemagne. Mais quelques semaines plus tard, un avion de ligne allemand est détourné pour obtenir la libération de ces trois hommes. L’Allemagne cède et les libère. Les autorités allemandes sont sans doute assez contentes d’échapper à un procès qui aurait détaillé toutes leurs erreurs…

Israël s’est vengé

Du coup, ce sont les Israéliens qui se sont vengés. Le Mossad a d’abord retrouvé très vite, et abattu, deux des trois terroristes libérés par les Allemands. Puis Golda Meir, la Première ministre, a donné l’ordre d’éliminer tous ceux qui étaient liés de près ou de loin à cette prise d’otage. C’est l’opération “colère de Dieu”. Sans limite de temps, sans limite de frontière, sans limite de moyen. Et ça va durer 20 ans. Des responsables palestiniens sont tués un peu partout en Europe. Fin 72 et début 73, trois sont abattus en plein Paris par des agents du Mossad. D’autres sont exécutés à Rome ou à Malte. Finalement, le dernier, un commanditaire présumé, est tué en 1992, encore à Paris.

Mais il y a eu une bavure dans cette chasse à l’homme. Un Marocain tué en Norvège en 1991, sous les yeux de son fils et de sa femme enceinte. Il était parfaitement innocent, c’était le frère d’un des chanteurs des Gipsy Kings. Les hommes du Mossad l’ont confondu avec un autre…

Les Israéliens se sont donc vengés des auteurs palestiniens de la prise d’otages. Mais il restait à solder la question de l’incompétence allemande. C’est ce qui a été fait ce lundi au cours d’une commémoration, avec les excuses officielles du président allemand. Une cérémonie qui a eu lieu sur l’aéroport militaire, sur les lieux même du massacre.

[

]

Source link