pas de haine et “une entente cordiale” selon l’avocat de Diallo



Aminata Diallo, ancienne joueuse du PSG, poursuivie pour “violences aggravées” et “association de malfaiteurs” après l’agression en novembre 2021 de sa coéquipière du PSG Kheira Hamraoui, a été remise en liberté mercredi soir. Son avocat, maître Romain Ruiz, invité ce vendredi sur RMC, se dit confiant et écarte la thèse de la haine d’Aminata Diallo contre Kheira Hamraoui.

Après cinq jours de détention, l’ancienne footballeuse du PSG Aminata Diallo a été remise en liberté mercredi soir. Elle a été placée sous contrôle judiciaire, alors qu’elle est poursuivie pour “violences aggravées” et “associations de malfaiteurs” dans l’enquête sur l’agression de son ex-coéquipière dans le club de la capitale, Kheira Hamraoui, en novembre 2021. Son contrôle judiciaire prévoit qu’elle doit vivre chez son père à Grenoble, sa ville de naissance, avec un pointage hebdomadaire et une interdiction de contacts avec les joueuses et le club du PSG.

Une remise en liberté alors qu’Aminata Diallo est désignée par quatre hommes mis en examen dans cette affaire comme étant la commanditaire de l’agression.

“L’expérience judiciaire que nous avons prouve que les déclarations de gens qui sont eux-mêmes mis en cause sont toujours à prendre avec des pincettes, parce que les motivations des gens qui se défendent sont variées et ce qu’il ne faut pas oublier dans ce dossier c’est que ça fait dix mois qu’on dit que c’est Diallo. Ça fait dix mois que par voie de presse, par voie de communiqué, on accuse madame Diallo. Les déclarations de ces gens sont sujettes à caution, simplement parce qu’ils ne disent pas la même chose. Ils ne le disent pas pareil et parfois certains disent l’inverse de leur camarade”, explique ce vendredi matin sur RMC un des avocats de la footballeuse, maître Romain Ruiz.

Le 4 novembre 2021, à Chatou, Kheira Hamraoui a été agressée à coups de barres de fer et frappée aux jambes par deux hommes, devant Aminata Diallo, alors que les deux joueuses rentraient ensemble en voiture d’un dîner d’équipe. Diallo avait été placée une première fois en garde à vue avant d’être relâchée sans poursuite.

“Tout s’explique dans ce dossier”

Son avocat, maître Romain Ruiz, regrette que dans ce dossier, les enquêteurs aient toujours travaillé sur l’hypothèse où Aminata Diallo était coupable.

“Nous ne sommes pas là pour prouver l’innocence de madame Diallo. Nous sommes là pour montrer que l’accusation, elle, n’arrive pas à la prouver. Maintenant, évidemment que le travail qui va être le nôtre, ça va être un travail de contre-enquête, malheureusement, parce que ce dossier est parti d’un biais qui est celui que ce serait nécessairement madame Diallo. Donc il va y avoir un travail de contre-enquête qui n’excédera pas le cadre de nos fonctions. On va, avec nos moyens, qui ne sont pas ceux de la justice, essayer de démontrer que cette piste n’est pas la bonne. Tout s’explique dans ce dossier. Il n’y a pas quelque chose qui nous inquiète particulièrement. On rappelle que dans ce dossier, il n’y a pas d’éléments matériels qui la relient à ces agresseurs et à cette agression”, assure-t-il.

Me Ruiz écarte également la thèse de la haine d’Aminata Diallo contre Kheira Hamraoui, qui ressort d’un rapport policier. “Ce ne sont pas les conclusions de l’enquête, mais d’un rapport de synthèse, donc d’étape, explique-t-il. Ces conclusions, elles sont évidemment à nier. Cette inimitié sportive, qu’on a montée en épingle pour indiquer que ce serait le mobile de madame Diallo, ne tient pas. Cette haine, ce n’est pas ce qui ressort exactement de ce dossier. Il y a énormément de messages entre elles. Il y a une entente cordiale. Dans un vestiaire de foot professionnel, personne n’est vraiment copain.”

Jeudi, un autre avocat de la joueuse avait rappelé que sa cliente est aussi une victime dans cette affaire. “La véritable victime, c’est madame Hamraoui. Mais il y a une seconde victime qui s’appelle Aminata Diallo. Elle a été molestée le soir des faits, plaquée contre le volant de son véhicule”, a également déclaré Me Mourad Battikh, en référence à la présence d’Aminata Diallo dans le véhicule, avec Kheira Hamraoui, le soir de l’agression.

[

]

Source link