les sapeurs-pompiers en manque de volontaires



Les sapeurs-pompiers volontaires manquent de bras. Entre formation sur le temps libre et crise de la vocation, il manquerait 50.000 pompiers volontaires en France. Un manque qui s’est fait ressentir cet été sur le front des incendies.

À la caserne de pompiers du capitaine Patrick Martinet, en Haute-Saône, les bras de volontaires manquent, surtout entre 8h et 17h: “En journée tout le monde a son poste à côté, les gens qui travaillent la nuit, en horaires décalés, il n’y a presque plus de postes comme ça”, explique-t-il à RMC.

Volontaire depuis 33 ans Patrick sent aussi un décalage de motivation entre générations. Depuis une dizaine d’années, les volontaires tiennent à leur temps libre: “Quand on a 20 ans notre première maison c’était plus la caserne que chez soi”.

Autre difficulté : la formation très chronophage explique Eric Flores, vice-président de la Fédération des sapeurs-pompiers volontaires: “Le volontaire, il n’a quasiment que des contraintes. On lui demande d’avoir un niveau de formation quasiment similaire à des professionnels, des formations qu’il est obligé de faire sur ses temps de repos donc sur ses temps de congé”, explique-t-il.

Et pendant cet été sous haute tension où plus de 50.000 hectares de végétation ont brûlé, le manque de volontaires s’est fait ressentir.

50.000 volontaires manquent à l’appel

Mais la motivation n’est pas le cœur du problème: la difficulté c’est aussi de trouver des sapeurs-pompiers volontaires dans la ruralité. Là où y a un exode des jeunes. Alors pour plus d’attractivité, la Fédération souhaiterait doubler l’indemnité de retraite perçue par ces volontaires:

“Si le pompier volontaire reste 20 ans il a X point, s’il reste 40 ans, il a le double. Donc mécaniquement ça permet de garder le pompier volontaire plus longtemps”, défend Eric Flores.

Pour la Fédération, il faudrait 50.000 volontaires supplémentaires pour travailler dans de bonnes conditions. Les sapeurs-pompiers volontaires s’engagent pour 5 ans et bénéficient d’une indemnité de 8,08 euros de l’heure lors de leur garde.

Fin 2020, le ministère de l’intérieur recensait près de 200.000 volontaires (197.100) sur les 251.900 sapeurs-pompiers français, soit 78% des effectifs. Des soldats du feu qui doivent composer avec leur vie professionnelle et leur engagement volontaire.

[

]

Source link