les 280 jours qui ont fait chuter Boris Johnson



C’est la fin pour Boris Johnson. Entre le Party Gate et le scandale sexuel autour d’un député conservateur, 280 jours sont passés entre les premières révélations et son départ de Downing Street. Retour sur les raisons de la chute de BoJo.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, connaîtra ce lundi le nom de celui ou celle qui lui succédera. Ce se sera probablement celle, puisque c’est une femme, Liz Truss, la ministre des Affaires Étrangères est la grande favorite. Boris Johnson va donc quitter Downing street, et quitter la vie politique, parce qu’en Angleterre il n’y a jamais de comeback. Quand on part, on part. C’est donc la fin pour cet ancien journaliste, bon vivant, grande gueule, marié trois fois, père de cinq enfants.

Il s’était imposé, il y a trois ans en promettant d’enfin appliquer le Brexit, cette sortie de l’Europe qui trainait. Une fois élu, Boris Johnson a tenu cette promesse mais il a fini par lasser ses compatriotes avec son caractère éruptif et ses provocations. Son charme n’opère plus. Son personnage de grands dadais, sortie des meilleures écoles, et tellement chic qu’il pouvait se permettre les pires vulgarités, ce personnage a fini par énerver.

Deux scandales coup sur coup

Il est surtout tombé à cause de deux scandales. D’abord le Party gate. Ces 18 fêtes organisées pendant le confinement. Ses collaborateurs qui buvaient des coups au bureau, quelques minutes après l’annonce de l’interdiction de tout rassemblement. Il a démontré que Boris Johnson a personnellement participé à plusieurs de ces pots. La presse, a juste titre a denoncé le scandale pendant plusieurs semaines, mais Boris Johnson s’est accroché et il s’en est tiré, sauvé en partie par le déclenchement de la guerre en Ukraine.

Puis est arrivé un scandale sexuel. Un député conservateur a fait des avances à deux hommes lors d’une soirée arrosée. On a alors demandé à Boris Johnson s’il connaissait la réputation de ce député lorsqu’il a encouragé sa nomination.  Il a affirmé que non qu’il ne savait rien. Mais malheureusement pour lui, il a été démenti par un haut fonctionnaire qui a révélé que le Premier ministre avait été bien informé des frasques précédentes du député. Boris Johnson a été obligé de reconnaître qu’effectivement il savait. C’est ce mensonge qui lui a été fatal.

Lâché par les siens

En juillet, plusieurs de ses ministres ont démissionné estimant ne plus pouvoir lui faire confiance. Boris Johnson a encore tenté de s’accrocher comme une moule à son rocher, mais il a fini par jeter l’éponge. Il devait encore assurer les affaires courantes jusqu’à cette semaine. Cela ne l’a pas empêché de prendre cet été deux fois des vacances dont un long séjour en Grèce. Dilettante jusqu’au bout.

[

]

Source link