Le récit glaçant de l’ancienne résistante Madeleine Riffaud après un passage aux urgences



Dans “Apolline Matin” ce jeudi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré a mis en lumière le parcours de Madeleine Riffaud, ancienne résistante âgée de 98 ans, qui s’est plainte après un long passage aux urgences d’un hôpital parisien.

Madeleine Riffaud, une ancienne résistante de 98 ans, a très mal vécu son passage dans un hôpital parisien. Elle vient de faire un récit terrible de ces 24 heures aux urgences. Et pourtant, c’est une femme qui en a vu d’autres.

A 18 ans, en 1942, elle s’est engagée dans la résistance. Parmi ces faits d’armes, en juillet 1944, elle abat un officier allemand de deux balles dans la tête sur le pont de Solférino, à Paris. Elle s’enfuit mais elle est rattrapée par un milicien français qui la livre à la Gestapo. Elle est torturée d’abord par des Allemands puis par des Français, mais elle ne parle pas. Condamnée à mort, elle est finalement sauvée quelques minutes avant son exécution à Fresnes. Déportée, elle parvient à sauter du train. Elle finira la guerre comme lieutenant des FTP à la libération de Paris. A la tête d’un petit groupe, elle obtient la reddition d’un groupe de 80 soldats allemands.

Après la guerre, elle devient poète, amie de Paul Eluard et de Picasso. Mais comme la poésie ne fait pas vivre, elle devient surtout grand reporter. Elle couvre pendant des années la guerre au Vietnam puis en Algérie. Elle est condamnée à mort par l’OAS et échappe de peu à un attentat.

Un demi-verre d’eau et rien à manger

Aujourd’hui, elle a 98 ans, est aveugle et souffre du Covid. C’est ce qui lui a valu d’être conduite aux urgences de l’hôpital Lariboisière le 4 septembre dernier. Elle l’a raconté dans une lettre ouverte: “Je me suis retrouvée couchée au milieu de malades qui hurlaient de douleur, de rage et d’abandon. Et les infirmières couraient là-dedans, débordées… Elles distribuaient des ’j’arrive !’ J’arrive, j’arrive !’ Mais personne n’arrivait jamais”.

Elle dit aussi avoir dû attendre douze heures “pour obtenir la moitié d’un verre d’une eau tiède”. Elle dit être restée 24 heures sans rien manger. Récit glaçant.

Sauf que la direction des hôpitaux de Paris s’est défendu ce mercredi, affirmant qu’elle est arrivée à 12h10, qu’elle a été reçue par un médecin à 12h25, qu’elle a subi un premier examen à 12h43, puis un scanner à 17h25, avant d’être hospitalisée. Difficile de savoir qui a raison, l’hôpital qui dit avoir fait son boulot, ou la vieille dame qui s’est sentie maltraiter.

La seule chose qui est sure, c’est que Madeleine Riffaud est une héroïne qui a eu une vie extraordinaire.

[

]

Source link