le premier coup d’arrêt de sa carrière politique

Dans “Apolline Matin” ce lundi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré est revenu sur la mise en retrait d’Adrien Quatennens, qui a reconnu des violences sur son épouse en pleine procédure de divorce.

Adrien Quatennensdéputé du Nord, s’est mis en retrait de son rôle de coordinateur de la France insoumise, après des accusations de violences conjugales. C’est un coup d’arrêt à un parcours politique jusqu’ici sans faute. Militant depuis l’âge de 16 ans, conseiller clientèle à EDF après un BTS, il est élu député du Nord à 27 ans, benjamin du groupe des Insoumis et très vite remarqué pour ses talents d’orateur.

Ses amis le délicat comme calme, sérieux, travailleur et courtois. Ceux qui l’aiment moins ajoutent qu’il est raide, dogmatique et ambitieux.

En tous cas, Jean-Luc Mélenchon l’a vite repéré sur les bancs de l’Assemblée et en a fait son porte-flingue. Il a endossé le rôle de meilleur petit soldat jusqu’à devenir en 2019, à 29 ans, le coordinateur de la France insoumise, autrement dit le numéro deux du mouvement et successeur potentiel de Jean-Luc Mélenchon…

Il a donc renoncé à ce poste, quatre jours après la publication par le Canard enchaîné d’un article révélant que sa femme avait déposé une main courante contre lui. Dans un communiqué, ce dimanche, il a été jugé que le plus simple était de dire les faits. Selon lui, après un dernier été de bonheur, sa femme Céline a demandé le divorce à la rentrée. Ils étaient ensemble depuis 13 ans et ont une petite fille de trois ans.

Gifle et bagarre

Dans un contexte de dispute, il raconte l’avoir pris par les poignets. Lors d’une autre contestation, lui avoir pris son téléphone portable, ce qui a entraîné une bagarre pendant laquelle elle s’est faite mal. Et puis il évoque enfin un gifle qu’il a donné à sa femme il ya un an, c’est-à-dire avant l’épisode de la demande de divorce.

Aussitôt après la publication de ce communiqué, les principaux dirigeants et les principales dirigeantes de la France insoumise ont souligné “une décision courageuse”, “un homme que l’on admire pour son honnêteté et son abnégation”, et Jean-Luc Mélenchon lui-même- même à pris la plume pour saluer sa dignité et son courage.

Face au tollé provoqué par ces messages de soutien à un élu qui venait tout de même d’avouer des violences conjugales, Jean-Luc Mélenchon a fini par publier un second message pour dire que les gifles étaient inacceptables… Ça va mieux en le disant.

Source link