l’agent Bruno Satin souligne l’importance de la disparition de Mino Raiola



Dans “Apolline Matin” ce mardi sur RMC et RMC Sport, l’agent Bruno Satin a souligné l’importance de la maladie puis de la disparition de Mino Raiola dans l’affaire de la tentative d’extorsion de fonds subie par Paul Pogba.

Paul Pogba victime d’une tentative d’extorsion, avec son frère et des amis d’enfance au cœur de l’affaire. Selon les informations de RMC, le joueur de l’équipe de France, qui vient de retrouver la Juventus Turin après six saisons à Manchester United, a déjà versé 100.000 euros, pensant sans doute gagner du temps et contenter les extorqueurs. Mais ces derniers réclament 13 millions d’euros et la pression n’a pas diminué. Paul Pogba a donc porté plainte. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 3 août dans cette affaire.

Pour Bruno Satin, agent de joueurs licencié à la FFF, la mort de Mino Raiola (le 30 avril), le très puissant agent italo-néerlandais de Paul Pogba et d’autres grandes stars du foot, a pu rendre plus fragile le cercle autour du joueur français.

“Il y a toujours plein de gens qui sont autour du joueur. Et des gens qui sont intéressés pour vivre un peu sur la bête… Dans ces derniers mois, il y a eu une disparition importante, celle de Mino Raiola, explique-t-il dans ‘Apolline Matin’ ce mardi sur RMC et RMC Story. C’était l’agent qui s’occupait de Paul depuis des années. Ce n’était pas quelqu’un qui allait se laisser impressionner. Il l’a sans doute épaulé par rapport à cette situation-là. Mais comme il a fait face à une grave maladie, qui l’a emporté il y a quelques mois, il n’était pas trop en mesure de le protéger. C’est pour ça que les margoulins se sont reportés à la fois sur Paul et sur l’avocate Rafaela Pimenta.”

“Là où le bât blesse, c’est au niveau de la justice”

Dans son métier d’agent, Bruno Satin constate l’augmentation des approches aux intentions néfastes. “On voit de plus en plus surgir des pratiques avec des gens qui ont une forme de proximité avec certains joueurs importants, des anciennes fréquentations, des pseudo amis d’enfance, un entourage proche ou moins proche… Ils se disent qu’il y a un pigeon à plumer, qu’il n’est pas loin, qu’on a moyen de faire pression sur lui et que de toute façon, ça ne va pas lui changer trop les choses et donc il va nous en donner un petit peu”. Et selon Bruno Satin, la justice ne sévit pas assez.

“On attend beaucoup de choses des agents, mais cela a beaucoup évolué ces dernières années, insiste l’agent FFF. On a affaire à d’autres gens, d’autres familles, d’autres entourages. Bien souvent, le joueur n’est pas directement assisté par un agent licencié à la FFF mais par des gens qui s’autoproclament, qui ne comprennent pas qu’il y a une législation en France, que c’est très encadré. La Fédération, la Ligue et le ministère n’ont pas la véritable volonté d’appliquer les textes. La FFF tente de le faire tant bien que mal. Là où le bât blesse, c’est au niveau de la justice. Les procureurs, ça ne les intéresse pas. Ces pratiques tendent à se généraliser, on voit de plus en plus ce genre de choses. Et des joueurs qui ne sont pas accompagner par des gens qui sont dans les bonnes pratiques.”

[

]

Source link