La veuve d’un terroriste du Bataclan a été rapatriée de Syrie en France



INFO RMC. L’épouse de Samy Amimour, l’un des trois assaillants du Bataclan, a été rapatriée le 5 juillet dernier avec ses trois enfants. C’est la dernière veuve des commandos du 13 novembre à être encore en vie. L’instruction sur les attentats du 13 novembre 2015 semble attester que la jeune femme de 25 ans était en accord avec le projet terroriste de son époux. Elle a été mise en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et placée en détention provisoire.

Kahina El H., 25 ans, vivait dans le camp kurde de Roj en Syrie avec ses trois enfants, dont la fille qu’elle a eue avec Samy Amimour, un des terroristes du Bataclan. Une enfant qui n’a jamais connu son père puisqu’elle est née après les attentats du 13 novembre 2015. Selon nos informations, c’est contrainte et forcée que Kahina El H. a été rapatriée en France.

Deux jours après les attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 131 morts, Kahina El H., qui est alors enceinte de 8 mois et demi, envoie ce message glaçant à sa mère en lettre capitale: “JE SUIS LA FEMME D’UN KAMIKAZE !!!!”. Le lendemain, elle se vante auprès de son ancien professeur de lycée, avec lequel elle est toujours en contact par mail, d’être la femme de Samy Amimour.

Elle affirme l’avoir encouragé à cette action et se dit fière de lui. “J’envie tellement mon mari, j’aurais tellement aimé être avec lui pour sauter aussi”, indique-t-elle. Un mois avant, elle lui envoyait déjà ce courriel prophétique: “Bientôt, la France et toute la coalition vont savoir ce qu’est la guerre. Vous nous tuez, on vous tue, l’équation est simple”.

Depuis les attentats, elle n’avait plus de contact avec sa famille et elle refusait tout échange avec le père de Samy Amimour. Le 10 décembre 2021, Azdyne Amimour avait expliqué au procès des attentats du 13 novembre qu’il souhaitait retrouver sa petite fille.

Dès son arrivée sur le sol français à l’aéroport de Vélizy-Villacoublay, le 5 juillet dernier, Kahina El H., comme les 15 autres mères rapatriées de Syrie, a été séparée de ses trois enfants. Ils ont été confiés à une famille d’accueil de l’aide sociale à l’enfance dans le département de la Seine-Saint-Denis et bénéficient depuis d’un accompagnement psychologique et font l’objet d’une mesure judiciaire d’investigation éducative. Kahina El H., elle, a été présentée à un juge d’instruction pour se voir notifier sa mise en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et apologie publique d’un acte terroriste. Elle est actuellement en détention provisoire.

Kahina El H., n’avait que 17 ans, le 15 octobre 2014, lorsqu’elle a rejoint Samy Amimour en Syrie. Elle l’avait rencontré en France dans le bus qu’il conduisait à Drancy, ils avaient poursuivi leurs échanges en ligne quand il était parti sur zone. Au départ, elle entretenait des liens avec sa belle-famille et notamment la sœur de Samy Amimour. Elle l’avait informé de leur mariage, mais en décembre 2014, cette dernière avait rompu tout contact après avoir reçu une vidéo dans laquelle Kahina El H. menaçait de venir en France pour égorger les mécréants.

Depuis la Syrie, Kahina El H. avait également renoué avec une amie à qui elle avait montré un obus, une kalachnikov et une ceinture explosive qu’elle menaçait de déclencher si elle devait être capturée. Elle échangeait aussi courant 2015 avec son frère, à qui elle avait envoyé une photo d’elle entièrement voilée portant une kalachnikov. En janvier 2015, elle se réjouissait auprès de lui des attentats de Charlie Hebdo. “Ça ne fait que commencer”, annonçait-t-elle. A l’été 2015, elle assurait déjà qu’elle ne rentrerait jamais chez les gens qui les combattaient et qu’elle-même combattait.

[

]

Source link