“Il y a tout d’un scandale immense” selon le Dr Marty



Les ministres de la Santé et de la Recherche ont saisi lundi la justice après la publication d’un rapport sur l’IHU de Marseille, qui confirme des “dysfonctionnements graves” lorsque cet institut était sous la direction du professeur Didier Raoult.

C’est un rapport accablant qui fait tanguer l’IHU de Marseille. La justice va enquêter sur les dysfonctionnements de l’institut à l’époque où il était dirigé d’une main de fer par Didier Raoult, après un second rapport accablant qui a poussé lundi le gouvernement à saisir la justice.

Dans un rapport publié ce lundi, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et son homologue pour l’enseignement supérieur et la recherche (IGESR) mettent en lumière une série de dérives médicales et scientifiques, mais aussi de management, dont plusieurs pouvant “relever d’une qualification pénale”.

“Plusieurs éléments” sont “susceptibles de constituer des délits ou des manquements graves à la réglementation en matière de santé ou de recherche”, écrivent la ministre de l’Enseignement supérieur Sylvie Retailleau et le ministre de la Santé François Braun dans un communiqué commun. Ils assurent avoir saisi le parquet de Marseille.

“Il y a plus d’un scandale par page”

“C’est certainement le rapport le plus grave qui est sorti de toute l’histoire de la recherche publique française”, assure ce mardi sur le plateau des “Grandes Gueules”, le médecin généraliste Jérôme Marty.

“Il y a plus d’un scandale par page. Il y est question de la gouvernance du grand patron (Didier Raoult, ndlr) entouré de gens qui lui vouent des services en permanence, les obligeant à prescrire des médicaments. Il est question d’études truquées en quantité et de publication dans des journaux qui appartiennent à l’IHU”, ajoute le praticien.

Des prescriptions à base de médicaments interdits

Selon le rapport, des patients soignés à l’IHU pour le Covid-19 ou la tuberculose se voyaient administrer des “molécules en dehors de leur autorisation de mise sur le marché”. Ces prescriptions comprenaient par exemple un traitement à base d’hydroxychloroquine, interdit depuis mai 2020.

Malgré l’inefficacité de ce médicament contre le Covid-19, Didier Raoult s’en était fait le promoteur depuis le début de la pandémie et avait acquis une notoriété mondiale. Le rapport confirme aussi que des médecins de l’IHU ont été sous pression de leur direction pour prescrire ce traitement, ou de l’ivermectine, autre médicament aux bénéfices anti-Covid jamais avérés.

“Il y a tout d’un scandale immense, avec l’argent des Français, il est temps que l’IHU aille s’expliquer devant la loi”, appelle Jérôme Marty.

[

]

Source link