faut-il créer des espaces sans enfants pour éviter les nuisances?



Pour garantir des voyages sans bruit, certaines compagnies aériennes et certains hôtels proposent des espaces entiers sans enfant.

Vous en avez peut-être fait l’expérience cet été lors des vacances: dans les transports, en avion ou en train, à l’hôtel ou au restaurant peut-être avez-vous eu pour voisin un ou des enfants turbulents. Si certains arrivent à passer outre, d’autres sont moins patients.

Pour ces derniers, certains acteurs du secteur ont décidé de créer des zones silencieuses: comprendre, sans enfant. C’est le cas de certaines compagnies aériennes. Air Asia X, une filiale de Air Asia, a lancé dès 2013 une “quiet zone”, une zone silencieuse. Les 7 premiers rangs sont réservés aux plus de 10 ans.

Des hôtels interdisent même l’entrée aux moins de 18 ans. On en recense 1534 dans le monde dont 8 en France: “J’ai testé cette année sans le savoir à Majorque en Espagne, un hôtel interdit aux moins de 18 ans, raconte ce vendredi à RMC Cédric. “Nous avons découvert un hôtel calme, propre sans hurlement, avec un calme absolu autour de la piscine. À partir de maintenant je ne choisirai que des hôtels comme ça”, assure-t-il.

“Une discrimination épouvantable”

“Moi, je suis soucieux du bonheur des autres”, explique Thomas un autre auditeur, père d’une fille de 1 an. “On a fait garder notre fille de 8 mois pour une première soirée en amoureux avec ma femme. On a passé une soirée horrible avec un bébé qui a hurlé toute la soirée à côté de nous, c’était insupportable”, raconte-t-il.

D’autres estiment au contraire que le bruit des enfants, même s’il dérange, fait partie du décor. Et séparer les enfants des autres, pose problème: “J’ai élevé mes enfants très strictement, je ne supporte pas ce genre de nuisance. Mais pour autant, en terme moral et éthique, c’est une discrimination épouvantable alors que je suis demandeur”, estime Perico Légasse sur le plateau d’Estelle Midi.

“J’ai des enfants. J’ai déjà subi des enfants bruyants. Si un jour, parce que j’ai des enfants, qui sont silencieux, et que je suis obligé d’être dans un wagon avec d’autres enfants qui peuvent faire du bruit, je vais être automatiquement discriminé”, déplore de son côté Damien, un auditeur de l’Eure.

“Il y a du laisser-aller dans l’éducation des enfants”

“Ça me choque, tout le monde à le droit de voyager, c’est déjà compliqué d’avoir les meilleurs tarifs, les meilleurs horaires”, défend Stéphanie, hôtesse de l’air qui pointe cependant le manque d’éducation: “Avant un an on ne peut rien faire. Mais après cet âge, des parents laissent leurs enfants hurler ou râler, en disant que ‘c’est normal, ils sont petits’. Personnelement j’ai toujours dit à mes enfants de ne pas faire de faire attention. Aujourd’hui elles, ont 8 et 13 ans et je n’ai jamais eu de problème”.

“Je vois des parents dormir avec des enfants qui se baladent dans l’avion et qui viennent embêter les passagers. Il y a du laisser-aller dans l’éducation des enfants, mais je ne veux pas les exclure, ça me choque”, ajoute-t-elle.

[

]

Source link