Edouard Philippe ne participera pas au Conseil National de la Refondation

Edouard Philippe a annoncé, ce mercredi, au bureau national du parti Horizons, qu’il ne participera pas au Conseil National de la Refondation voulu par Emmanuel Macron.

Il l’a annoncé ce mercredi, en ouverture du bureau politique du Horizons dont il est le président. Édouard Philippe ne participera pas au Conseil National de la Refondation souhaité par Emmanuel Macron, qui doit se réunir le 8 septembre à Marcoussis. Le parti de l’ancien Premier ministre, Horizons, sera bien autour de la table, mais représenté par un autre membre du bureau politique : il s’agit de Stéphanie Guiraud Chaumeil, maire d’Albi, personnalité méconnue.

D’après un parlementaire d’Horizons très proche de l’ancien Premier ministre, Edouard Philippe serait “dubitatif sur l’objet de ce CNR”, dont le sigle, similaire au Conseil national de la Résistance, est d’ailleurs loin de faire l’unanimité au sein du parti. Ce philippiste évoque d’abord des raisons d’agenda :

“Edouard Philippe n’a pas beaucoup de temps, il préfère ne pas y aller que de ne pas être assidu et concentré”.

Le CNR, une coquille vide ?

Mais surtout, le boycott annoncé des oppositions et de leurs dirigeants à ce CNR aurait refroidi l’ex-Premier ministre d’y participer. Cela témoigne, selon un élu d’Horizons d’un manque de “maturation politique” du pays.

Selon ce même fidèle, ce type d’initiative “a pour objectif de poser des réflexions sur les institutions, sur la crise environnementale… encore faut-il que toutes les parties aient mordent à l’hameçon”. Mais ce n’est ni “belliqueux ni moqueur à l’égard du Président”, confie un proche.

L’absence de l’ancien locataire de Matignon au CNR témoigne de ses doutes quant à “la capacité du Président à faire consensus”.

“Aujourd’hui, le Président ne rencontre pas l’écho souhaité pour constituer ce CNR. Si l’ensemble des partis politiques et leurs dirigeants politiques participaient, la donne serait différente”.

Une rentrée politique le 16 septembre

Si Edouard Philippe ne participera donc pas physiquement à ce CNR, il fera en revanche sa rentrée politique une semaine plus tard, le 16 septembre prochain à Fontainebleau, après un été particulièrement (et démontré) discret : un voyage en Italie en famille, beaucoup de conférence…

Sa rentrée sera l’occasion de structurer un peu plus son parti, avec l’élection d’un vice-président en charge du comité des maires. Il devrait s’agir du maire de Nice Christian Estrosi, soit du maire de Reims, Arnaud Robinet. Le parti devrait bientôt compter près de 500 comités locaux.

Outil supplémentaire pour étendre le maillage territorial de son parti qui se veut un contre-pied d’En Marche, ancien mouvement du président, et de multiplier les relais locaux pour les futurs déplacements d’Edouard Philippe un peu partout sur le territoire. Un Tour de France pour “se plonger dans le pays”, dit un philippiste. Nouvelle preuve s’il en fallait encore une, de ses ambitions pour 2027. Edouard Philippe ou la stratégie des petits pas.

Hélène Terzian (édité par MM)

Source link