Dati, Schiappa, Beaune… Débats enflammés à venir aux universités d’été de La France insoumise

De nombreux membres de la majorité présidentielle ou du parti Les Républicains seront les invités de la France Insoumise pour débattre lors des universités d’été des Insoumis. Une fierté pour LFI alors que les autres mouvements de la Nupes s’agaçent.

Les membres du gouvernement vont se bousculer ce vendredi et samedi aux universités d’été des Insoumis. Marlène Schiappa, Clément Beaune et Olivia Grégoire sont invités sur scène et ne se sont pas fait prier pour venir. Les invitations ont été envoyées par les débatteurs eux-mêmes au début de l’été, comme Manon Aubry qui échangera avec Clément Beaune, le ministre des Transports. Elle explique lui avoir envoyé un message “et il a tout de suite accepté”. Ils parleront Europe, l’ancien portefeuille du ministre.

“C’est un débat qu’on a déjà eu mille fois entre nous, on va le mettre en scène.” ajoute-t-elle, prédisant une grosse exposition médiatique en perspective.

Des Insoumis fiers de leur coup

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, a aussi été invité mais n’a pas donné suite. Pas de quoi refroidir les Insoumis, fiers de leur coup, et qui pointe une contradiction de la part du gouvernement:

“A l’Assemblée nationale, on nous dit qu’on n’est pas des républicains, qu’on n’est pas fréquentables, mais bizarrement le gouvernement ne se fait pas désirer pour venir chez nous”, confie un stratège à RMC.

Autre invitée qui n’a pas longtemps hésité à venir, Rachida Dati. L’ancien ministre de l’Intérieur de Nicols Sarkozy fera face au député Ugo Bernalicis. Il a juste fallu s’arranger pour trouver un créneau dans son agenda. D’ailleurs, elle s’entend bien avec certaines personnalités de gauche : elle a notamment rencontré et même encouragé Sandrine Rousseau l’an dernier.

Les autres partis de la NUPES agacés

Des macronistes et la droite dans un rassemblement de gauche radicale, l’ambiance promet d’être survoltée :

“Pour débattre il faut des opinions opposées” reconnaissait Jean-Luc Mélenchon.

Une cadre insoumise voit dans ces invitations que du positif : “débattre avec les autres, ça nous évite de mettre en avant nos désaccords internes”, admet-elle.

En revanche du côté des autres partis de gauche on s’agace car “toute la lumière ne sera que sur les insoumis ce week end” souffle un stratège de la Nupes. Un élu communiste reproche, de son côté, que l’idée de débattre avec des opposants a été volée au PCF, pour qui c’est une tradition. Car ce week-end, même s’il y a alliance, il y aura bien quatre universités d’été du côté de la Nupes. Ce sera chacun chez soi que écologistes, communistes, socialistes et insoumis vont faire leur rentrée, au grand barrage des Insoumis.

Pas d’alliance aux Européennes ?

Une alliance qui a vécu une nouvelle mini-crise, au milieu de l’été. Les Insoumis ont évoqué une liste commune de la gauche pour les européennes. “C’est une répétition avant la présidentielle. Si on y va chacun de notre côté, ça risque de nous forcer à amplifier les différences” confiait début août, à RMC, Manuel Bompard, l’une des têtes pensantes du mouvement.

Mais Europe Ecologie Les Verts ont refusé catégoriquement cette hypothèse, ne voyant pas d’intérêts à l’alliance. “Il aurait dû attendre avant d’en parler” râle un cadre mélenchoniste, qui lui reproche d’avoir savonné la planche. “Je lui en veut. Il a braqué tout le monde, alors qu’on aurait pu pouvoir en coulisses”, explique-t-elle. Les élections européennes n’auront lieu que dans deux ans, en 2024.

Cyprien Pézéril et le service politique de RMC (avec MM)

Source link