comment économiser quelques euros sur sa facture?



Ce vendredi est le début de l’automne. Une période où l’on va devoir rallumer son chauffage malgré le prix de l’énergie en hausse. Ce matin, sur RMC, spécialistes et consommateurs donnaient leurs conseils pour réduire la facture.

C’est le dernier jour de l’été. À partir de ce vendredi début l’automne. Le début d’une période très particulière, jusqu’à la fin de l’hiver, placée sous le signe de la sobriété énergétique et de l’explosion des prix de l’énergie. Dans ce contexte, malgré des températures particulièrement fraiches la nuit, beaucoup veulent faire des économies pour limiter la hausse des factures.

Pour Yves Marignac, porte-parole de Négawatt (association d’experts indépendants), plusieurs réflexes peuvent faire baisser la consommation d’énergie.

“Il y a le geste simple de réduire le chauffage dans des pièces qu’on occupe moins, tirer les volets et les rideaux pour profiter de cette isolation” explique-t-il.

Pour lui, baisser sa température de chauffage en mettant une couche de vêtements en plus est aussi une solution. En effet, il juge qu'”un degré en moins c’est 8% d’énergie en moins. Ce qui est extrêmement important pour faire des économies.”

Allumer son chauffage ou pas ?

Plus que de faire des économies, certains hésitent à rallumer le chauffage pour ne pas faire grimper la facture ou par “sobriété énergétique”. C’est le cas de Sylvie, une habitante d’Armentières, qui ne veut pas rallumer le chauffage malgré les six petits degrès dehors au lever du jour et les 17°C dans sa maison. Elle retarde le plus possible l’allumage de sa chaudière et garde le thermostat au minimum:

“Je l’ai mis à 10°C pour ne pas que le thermostat intérieur déclenche le processus de la chaudière”, dit-elle, question d’économie et d’écologie.

Elle adopte donc système D: “comme un oignon, on remet des pelures: un pull, deux pulls”, comme conseillé par Yves Marignac. Elle explique aussi qu’elle craint des coupures inopinées d’électricité ou de gaz dans l’hiver. La même “vraie question” se pose dans les rues d’Armentières. Le contexte joue beaucoup: rallumer le chauffage – ou pas – s’avère être un vrai dilemme.

Mais chez Émilie, mère de 2 enfants, la décision est prise: le chauffage est rallumé depuis quelques jours: “On s’est posé la question, mais le confort avant tout, même si on a mis en place des choses dans la maison avec un thermostat et des heures de déclenchement”, explique-t-elle. Bonne nouvelle, par contre, les températures devraient rester stationnaires, sans grande dégringolade, pour ce début d’automne.

Lionel Top et Océane Théard

[

]

Source link