“C’est de l’écologie de salon”



Paris éteint la lumière. La maire de la capitale, Anne Hidalgo, a annoncé ce mardi un plan d’économie d’énergie avec notamment la fin de l’éclairage de certains bâtiments publics la nuit. Une décision qui divise sur le plateau des “Grandes Gueules”, sur RMC et RMC Story, où certains mettent en avant le rayonnement de la ville lumière avec l’écologie.

Après Lille, Paris. Anne Hidalgo, la maire de la capitale, a annoncé la fin de l’éclairage de certains bâtiments publics la nuit, au nom de la sobriété énergétique et à l’approche d’un hiver qui s’annonce particulièrement compliqué en raison du risque de pénurie de gaz et d’énergie, couplé à une hausse des prix.

“Il y a beaucoup d’éclairages sur lesquels on peut agir. Je pense à tous les éclairages ornementaux, l’hôtel de ville, les mairies d’arrondissement et d’autres bâtiments publics qui sont éclairés”, a assuré Anne Hidalgo ce mardi lors d’une conférence de presse sur la sobriété énergétique.

L’opération doit commencer dès le 23 septembre, au premier jour de l’automne. A partir de cette date, les éclairages des bâtiments mentionnés ci-dessus seront éteints à partir de 22h. Les ponts de la capitale pourront éteindre la lumière en compatibilité avec les impératifs de sécurité pour la navigation fluviale.

“Le contexte va en obliger certains à être en règle avec la loi”

Une très bonne initiative pour l’ex-enseignante Barbara Lefebvre, qui rappelle dans “Les Grandes Gueules” sur RMC et RMC Story qu’une loi existe déjà, malgré une faible mise en application : “Le contexte va en obliger certains à être en règle avec la loi”. Elle y voit également une bonne chose pour les étoiles expliquant que 50% du ciel européen est voilé en raison de l’éclairage artificiel.

“L’éclairage urbain est perturbateur de la faune et de la flore. Certains ont des troubles de la sécrétion de la mélatonine et du stress en plus pour s’endormir en raison de l’éclairage qui les dérange”, assure-t-elle.

Des craintes sur l’insécurité et le tourisme

“On est en train de faire de l’écologie de salon”, déplore a contrario le restaurateur Stéphane Manigold. “Le pic de consommation de l’énergie, c’est entre 18 et 22h. Donc Madame Hidalgo, elle fait tout ce qui ne fonctionne pas pendant le pic. C’est au moment où l’on en a besoin que l’on doit faire des économies”, ajoute-t-il, se plaignant pour les restaurateurs et les touristes qui ne pourront plus apprécier la Tour Eiffel allumée à 23h.

“Anne Hidalgo a dépensé 10 milliards depuis 2014 pour nous dire d’éteindre les loupiottes à partir de 23h. C’est d’un ridicule sans nom ! Cela n’a rien rapporté”, tacle Stéphane Manigold qui craint aussi une hausse de l’insécurité faute d’éclairage public suffisant.

“Anne Hidalgo est la maire de Paris mais on ne sait pas ce qu’elle fait pour les Parisiens”, tacle l’avocate Sarah Saldmann. “On a aussi besoin du tourisme et d’un rayonnement international avant les Jeux olympiques 2024”, plaide-t-elle.

Chauffages et piscines également concernés

Outre l’éclairage public, la mairie a annoncé la baisse de la température dans les bâtiments municipaux, de 19 à 18°C, “hors Ehpad et crèches”, et jusqu’à 12°c le soir et le week-end, soit “toutes les périodes où ces bâtiments sont inoccupés”, a assuré Anne Hidalgo.

La municipalité veut également décaler le début du chauffage de ses bâtiments, à la fois le matin, “de 30 minutes”, et dans le temps “pour s’approcher de la période hivernale”, a également annoncé l’édile. Ce décalage sera annulé en cas de températures très froides en novembre, a-t-elle rassuré.

La température de la quarantaine de piscines parisiennes va être également diminuée d’un degré, à la fois “à l’extérieur de l’eau et dans le bassin”, a-t-elle indiqué. Elle est aujourd’hui fixée à 27°C pour l’air et 26° dans l’eau.

Ce “plan d’urgence pour la sobriété” doit permettre à la ville de Paris de faire baisser sa consommation d’énergie de 10%, soit la consommation de 226 écoles, selon Anne Hidalgo.

[

]

Source link