Can a Retro Gaming Dinosaur Enjoy An Event Like EGX?

Nous oublierons le fait qu’une pinte de bière louche a écourté mon voyage (je n’ai que moi à blâmer) et tenterons de répondre à la question clé – un dinosaure de jeu peut-il vraiment profiter d’EGX ? Beaucoup de nos bourgeons de jeu rétro sont parfaitement au courant des jeux actuels / de nouvelle génération pour lesquels je les salue. Tous ceux qui me connaissent vous diront que le dernier “nouveau” jeu que j’ai acheté était Final Fantasy XIII et regardez comment ça s’est passé ! Donnez-moi une PS1 et un FFVII et vous aurez une note de 10/10 de ma part.

Donc, si vous êtes comme moi, vous vous demandez probablement si une convention de jeu (verrues et tout) vaut la peine d’y aller. Mon voyage a été une idée originale de ma charmante petite amie qui, en voulant augmenter mon cadeau d’anniversaire (mars si vous vous demandez), a googlé “événement de jeu rétro”. Google étant Google a procédé au chargement du plus grand événement de jeu de l’année uniquement parce qu’il avait un “Retro Gaming Corner”. J’ai combattu mes instincts naturels pour fuir et j’ai accepté cette union.

Six mois plus tard et notre voyage romantique à Birmingham était sur nous. Pour ceux qui n’y sont pas allés, croyez-moi quand je dis que c’est une ville plutôt agréable à visiter et qu’il y a plus de restaurants que vous ne pouvez en agiter. Quoi qu’il en soit, je m’égare. L’excitation signifiait qu’un départ était prévu à 5 heures du matin, ce qui n’est guère idéal lorsque votre train ne part qu’à 10 heures. Après un voyage en train relativement indolore, nous sommes arrivés à Birmingham International. Le NEC est assez facilement attaché à la station. Ce qui est plutôt peu pratique, c’est la randonnée croisée de Birmingham à travers la gare pour s’y rendre (je plaisante bien sûr), mais nous sommes néanmoins arrivés.

La première chose qui m’a frappé, c’est à quel point il faisait noir. Ma mère m’a toujours reproché de jouer à des jeux vidéo dans le noir, voyez-vous. « Ça va t’abîmer les yeux, fils ! » elle avait l’habitude de dire : “Tu auras besoin de lunettes quand tu seras vieux !” Elle a raison, mais je ne le lui rappellerai jamais. J’ai réfléchi à l’éclairage fluorescent induisant un strabisme de type bureau et j’en ai conclu que les organisateurs étaient les mieux placés.

Juste à côté de l’entrée se trouvent les jeux indépendants que j’ai dû applaudir. Dites à un joueur que le nouveau COD ou FF se cache quelque part et qu’il le traquera, file d’attente de deux heures et tout, mais il hésite un peu plus à rechercher ces joyaux indépendants. Le niveau des jeux indépendants présentés était assez phénoménal et il sera également rassurant de voir que l’ambiance de jeu rétro est toujours forte (attention aux fonctionnalités sur Conga Master et Modsork bientôt). Cela m’a certainement donné quelque chose à viser avec mon projet actuel. Étant donné que c’était un samedi après-midi, il y avait encore suffisamment de place pour se déplacer et discuter avec les développeurs tout en jetant un coup d’œil à leurs marchandises. Les événements réservés aux indépendants sont probablement encore un meilleur pari pour les rechercher, mais vu qu’il s’agissait d’une petite partie d’un énorme gâteau, vous ne pouvez pas vous plaindre.

Une bannière gigantesque pour Final Fantasy XV m’a ramené à la réalité. Nous étions dedans maintenant. Les files d’attente étaient longues (apparemment beaucoup plus courtes un jeudi ou un vendredi quand les enfants sont à l’école) mais j’ai réussi à avoir un aperçu dudit nouveau COD, du nouveau Gears of War et aussi du nouveau FIFA et vous savez quoi ? Je n’ai pratiquement rien senti. Je ne sais pas qui blâmer pour mon manque total d’attachement au jeu de la génération actuelle. Je pourrais blâmer Sony, mais je devrais ignorer mon amour pour la PS1 et la PS2. Je pourrais blâmer Microsoft tout en ignorant le 360 ​​assis dans ma chambre. Mais je choisirai de blâmer la partie à l’intérieur de moi qui refuse de s’engager dans un jeu vidéo et mes jeux l’exigent (FIFA17 à part). La frontière entre les jeux vidéo et les films est maintenant nettement floue (c’est ce que vous vouliez Nintendo !) et je ne suis pas sûr d’aimer ça. Donnez-moi trois boutons et un hérisson bleu épineux et je suis content.

Ce qui m’amène bien au Retro Gaming Corner sacré, beaucoup plus grand que je ne l’avais imaginé (une agréable surprise). Atari 7800, Spectrum ZX, SNES, Mega Drives, Master Systems à perte de vue. C’est une légère exagération, mais j’étais là beaucoup d’entre eux et tous avec des tubes à rayons cathodiques pour démarrer. Peut-être que c’était la chaleur de tous les CRT, peut-être que c’était le début d’une sorte de bug, mais je ne pouvais littéralement pas arrêter de transpirer. Mais à travers la sueur, mes yeux pouvaient distinguer les différentes formes dudit hérisson bleu, des mineurs maniaques, un sous-feu de beaucoup de barils de plombier et tout allait bien. Ce qui m’a le plus plu, ce sont les essaims de jeunes générations qui apprécient ces joyaux. Dans un monde où vous avez plus de six boutons à maîtriser, le monde à deux/trois boutons doit être un jeu d’enfant. Les jeux étaient également divisés par genre – les jeux d’armes légères dans un domaine (toujours bien meilleurs que tout ce que Kinect propose à l’OMI), les jeux de rythme “plus récents” dans un autre, les jeux de plateforme, les tireurs, etc. Il y avait vraiment quelque chose pour tout le monde . Aurais-je aimé voir plus d’histoires faites dans le coin des jeux rétro? Peut-être avec un peu plus d’interaction ? Bien sûr que je le ferais, mais EGX ne concerne pas le jeu rétro, il s’agit de prévisualiser de nouvelles choses et d’avoir une longueur d’avance sur le jeu.

Le billet toute la journée est assez cher (environ 20 £), mais la session de l’après-midi de 14h à 19h coûtait environ la moitié. Est-ce que je le recommanderais à un joueur passionné? Seulement si vous avez un peu d’intérêt pour les jeux de génération actuels, car des événements de jeu rétro spécifiques offrent beaucoup plus pour moins d’argent. Je prenais aussi quelques jours de congé et j’y allais un jeudi pour éviter ces files d’attente embêtantes. Et évitez la bière.

Source by Dylan Rajagopal