10% d’inflation sur un an, les Britanniques font massivement grève (et c’est rare)



C’est le plus gros mouvement de grève depuis des décennies au Royaume-Uni. Prévu jusqu’au mardi 23 août 2022, il concerne de nombreux secteurs comme la poste, les transports, les éboueurs, les ports. Les grévistes demandent des augmentations de salaire, face à une inflation qui dépasse les 10% sur un an et des factures d’énergie qui explosent.

L’inflation a déjà atteint 10,1% sur un an en juillet et pourrait dépasser 13% en octobre, au Royaume-Uni. Face à ces hausses de prix, des dizaines de milliers de Britanniques ont décidé de faire grève depuis quelques jours pour obtenir des hausses de salaire. Ces mouvements sont prévus jusqu’au, au minimum, mardi 23 août 2022.

Ces débrayages massifs dans les transports, la poste, les ports et d’autres, sont historiques. Cela n’était pas arrivé depuis des décennies.

“On n’a pas vu autant de grèves diverses et nombreux, dans la durée, depuis un moment. Beaucoup de secteurs concernés, les transports, les avocats etc donc il y a une grande diversité”, explique Sarah Pickard, maîtresse de conférence en civilisation britannique à La Sorbonne.

“C’est effrayant”

Ce vendredi 19 août 2022, le métro de Londres était quasi paralysé et le reste du réseau de transports en commun fortement perturbé. “Il n’y a pratiquement aucun service” dans le métro, même si “deux lignes offrent une circulation réduite” avec un train toutes les 15 minutes environ, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’opérateur de transports publics TfL.

Si certains usagers étaient agacés, beaucoup ont compris les revendications des travailleurs. “Les enfants, les crédits, le coût de l’essence pour aller travailler, tout ça, c’est effrayant”, souligne une Britannique.

“La pauvreté est beaucoup plus importante aujourd’hui que dans les années 70, parce qu’à l’époque, tout le monde avait du travail. Aujourd’hui, ça n’est plus vraiment le cas”, affirme une autre usagère.

Un risque de crise humanitaire

Ce vendredi 19 août, des professionnels de santé ont mis en garde le gouvernement britannique contre la menace d’une “crise humanitaire” due à l’explosion des prix de l’énergie. “Beaucoup de gens pourraient être contraints de choisir entre sauter des repas pour chauffer leur logement, ou vivre dans le froid et l’humidité”, a prévenu la NHS Confederation, regroupant de nombreuses organisations de santé publique.

“Ça n’est pas une exagération de dire qu’il y a des millions de personnes qui sont affectées par l’inflation”, ajoute Sarah Pickard.

D’après Matthew Taylor, dirigeant de la NHS Confederation, la situation “pourrait provoquer des vagues de maladies dans le pays”, avec notamment des répercussions sur la mortalité infantile.

Ces grèves interviennent dans un contexte politique difficile. Le gouvernement sortant de Boris Johnson se contente de gérer les affaires courantes, dans l’attente de l’élection de son successeur à la tête du parti conservateur, dont le résultat sera connu le 5 septembre. Boris Johnson, qui a démissionné en juillet a affirmé qu’il reviendrait “au futur Premier ministre” d’agir face la crise du coût de la vie.

[

]

Source link